La respiration Kapalabhati : une respiration fondamentale

Un squelette d'enseignement

Nous avons déjà parlé précédemment du Pranayama, qui n’est rien d’autre qu’une pratique de respiration yogique, et nous allons aujourd’hui aborder le Kapalabhati (aussi appelée la respiration du feu), qui y est fortement lié. En effet, nous verrons ici quels sont les avantages de ce Kriya en particulier qui sert à nettoyer votre esprit. Cette respiration fait partie d’une branche du yoga spécifique (le Pranayama donc), tout comme le Kundalini, sauf que son maître est ici un certain T.K.V Desikachar.

Qu’est-ce que le Kapalabhati

Si vous vous rappelez bien de notre article sur le Pranayama, nous parlions de techniques de respiration diverses que nous n’avions pas développées, ce qui est logique au vu du nombre existant. Le Kapalabhati est donc une de ces techniques, qui a déjà fait ses preuves depuis bien longtemps. En sanskrit, Kapala signifie le crâne, et Bhati la lumière, le nettoyage.

On comprend vite où l’on veut en venir, on cherche à « nettoyer notre crâne » d’un point de vue abstrait, comme un bain de cerveau pour vous booster et remettre vos idées au clair. On va donc chercher à purifier notre tête, en passant par les voies respiratoires.

Les bienfaits de la respiration du feu

Par la respiration, on cherche à oxygéner le cerveau. Ce qui vous relaxe premièrement, et vous aide au niveau de la concentration ainsi que de la mémoire car vous nettoierez les éléments parasites qui empêchent les bonnes idées de se faire une place. Vos abdominaux sont fortement réquisitionnés, ce qui va les tonifier, les muscler même et pareil pour vos poumons.

Comme le massage sera interne, vos problèmes d’estomac iront mieux, ainsi que votre diabète et votre asthme si vous en avez. En général au niveau physique, une bonne oxygénation ne peut être que bénéfique. Au niveau énergétique, vos 6ème et 7ème chakras s’ouvriront un peu plus, ce qui vous aide à atteindre un état spirituel supérieur.

Quand réaliser le Kapalabhati ?

Pour le Kapalabhati comme pour le Parsvottasana, il y a des moments plus intéressant que d’autres pour le pratiquer. Ici, on privilégie les débuts de séance de Pranayama, ou même les débuts de séance classique pour bien vous oxygéner et être à 100% pour démarrer.

Vous pouvez aussi le pratiquer dans des moments creux, quand vous n’avez plus de motivation dans votre journée, comme par exemple avant de prendre le volant pour rentrer du travail, ce pranayama vous donnera la force et la concentration nécessaire pour que vous conduisiez en toute sécurité.

Le conseil le plus important reste tout de même que ces exercices ne se pratiquent pas lors des périodes de digestion. Pratiquez 2-3x par semaine pour commencer à ressentir les effets.

Un groupe de personnes mangeant un repas sur une table

Comment réaliser la respiration du feu ?

Concentré sur la respiration, Kapalabhati se pratique en enchaînant des petites respirations en rafale. Vous inspirez calmement, et expirez rapidement, ce qui est tout l’inverse de ce que nous faisons d’habitude. Comptez environ 0,1 seconde d’expiration, et entre 0,3 à 0,8 seconde d’inspiration. Seule votre sangle abdominale et votre diaphragme seront en mouvement, tandis que votre thorax bombé ne bouge pas. Voici donc une séance type :

  • Asseyez-vous confortablement (assis jambes croisées, sur un petit coussin, ou sur une chaise), en conservant  le dos droit, les épaules détendues et l’avant du corps bien dégagé. Cherchez à donner de la place au plexus solaire et veillez à ne pas vous appuyer dessus. Au commencement, ainsi que pendant les phases inspiratoires, le ventre est libre. Placez bien le centre de gravité dans le bas-ventre, en-dessous du nombril, car on ne cherchera pas à rentrer l’estomac pendant les expulsions d’air.
  • Inspirez, puis soufflez brusquement par le nez. Sentez votre ventre qui rentre vers l’intérieur, et automatiquement, le ventre se gonfle de lui-même et sans effort sur l’inspiration qui suit. La sangle abdominale se contracte en direction du bas-ventre (et non vers le plexus solaire).
  • Soufflez à nouveau par le nez, et laissez le ventre se gonfler sur chaque inspiration passive qui suit. L’inspiration n’est pas contrôlée.
  • Faites un cycle de 15 à 30 inspirations environ, puis prenez une grande inspiration par le nez en remplissant aussi le haut des poumons, et retenez le souffle sans respirer 4 à 5 secondes, avant de souffler par le nez. Visualisez l’air qui circule dynamiquement pendant Kapalabhati : il entre et sort de vos poumons. Il est source d’énergie et de purification. Cette dernière phase de rétention de souffle apporte beaucoup de paix et contrebalance l’effet tonique de cette respiration abdominale, elle est donc à respecter.

Image illustrant la respiration du feu

Les précautions à prendre

Certaines situations sont contre-indiquées pour la pratique de ce pranayama. Cela reste une pratique assez intense, et il ne faut pas se lancer à la va-vite au risque de se retrouver face à certains complications.

Faites donc attention si vous avez de la fièvre, si vous êtes enceinte, si vous êtes extrêmement stressé ou fatigué, si votre capacité respiratoire est diminuée, si vous avez des problèmes cardiaques, des hernies, d’yeux, d’oreilles, une tension artérielle problématique, ou si vous êtes en pleine convalescence.

Une personne triste

Nous voilà donc arrivé à la fin de cet article, et nous espérons bien évidemment qu’il vous a plu. Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à consulter cet article complémentaire qui vous donnera des clés supplémentaires pour réaliser au mieux cette technique de respiration.

Chez Yooga-Pants, nous sommes une grande Communauté active, qui possède déjà beaucoup de membres et qui n’attend plus que vous. Rejoindre cette Communauté vous permettra d’avoir accès à de nombreux avantages, comme des ebooks offerts sur la Salutation à la Lune et la Salutation au Soleil, ainsi que de nombreuses remises et réductions sur toute notre boutique.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés