Découvrez l’écoute intérieure grâce au Pratyahara

Le Pratyahara: le Pilier Du Yoga pour la Mise en Retrait des Sens

On entend souvent que le yoga sert à nous concentrer sur l’essentiel, à ne pas se focaliser sur les distractions matérielles pour ainsi nous éviter toutes sortes de souffrances, … Mais peut-être n’avez-vous pas encore fait ce genre de séance dédiée et vous vous demandez sans cesse quand cela va-t-il arriver. Si tel est votre cas, c’est enfin le grand jour !

En effet, nous verrons ici grâce au Pratyahara comment travailler sur le retrait des sens selon Patanjali, ainsi que la focalisation sur les membres internes que sont Dharana, Dhyana, et Samadhî.

Qu’est-ce que le Pratyahara

5ème membre du yoga, le Pratyahara est ce qui relie les membres « externes » du yoga (bahiranga) aux membres dits « internes » (antaranga). Les membres externes sont au nombre de 4 (yama, niyama, asana, pranayama), tandis que les membres internes ne sont que 3 (dharana, dhyana, samadhî).

Le principe de base du Pratyhara est assez simple. La traduction en sanskrit est un peu floue, mais le concept serait de se retirer de ce dont on se nourrit. On entend par là que nos 5 sens sont, dans ce monde, en constante stimulation. Plus ils sont stimulés, plus ils ont le besoin/l’envie de l’être, on rentre alors dans un cercle vicieux où l’extérieur, le matériel nous attire sans cesse.

À force, on devient incapable de distinguer l’envie du besoin en plus de s’infliger sans cesse de nouvelles souffrances. Ces souffrances sont causées par notre constante projection dans un futur « supposé » qui nous empêche d’assouvir pleinement nos pulsions que nous n’arrivons pas à contenir.

Nos sens dirigés vers l’extérieur, on va chercher à diriger leur attention vers l’intérieur justement pour protéger avant tout notre mental et nous éviter des souffrances inutiles. La pratique du Pratyahara c’est une écoute attentive et active de notre état interne, tout en restant serein au maximum.

Les bienfaits de l’écoute intérieure

Comme expliqué précédemment, l’écoute intérieure permet de se focaliser sur soi-même, sur l’essentiel, et d’ignorer toutes les distractions que le monde nous offre. À long terme, cela vous rendra bien évidemment plus heureux, plus calme, plus serein, et diminuera votre anxiété et même d’autres maux tels que les migraines voir la fatigue.

Personne essayant de se sortir de la noyade

Quand mettre en retrait ses sens ?

Cette pratique de se mettre en retrait et de ne penser à rien d’autre qu’à notre activité présente, nous l’avons déjà tous plus ou moins vécue dans notre vie. Que ce soit lors d’une séance de lecture intensive où nous sommes tellement absorbés que nous oublions tout le monde qui nous entoure, ou lors d’une séance de sport durant laquelle seules nos performances comptent, vous l’avez déjà pratiquée. Nos sens ne nous contrôlent plus, et nous nous sentons bien mieux sur le moment.

Pour vous y préparer consciemment, rien de mieux que d’exercer des asanas et le pranayama dont certains exercices tels que kapalabhati. Ces exercices seront la première étape de votre séance pour vous enfermer dans votre bulle de yoga et pour ne penser qu’au moment présent, à faire abstraction de l’extérieur. Votre conscience corporelle se perfectionne, et vous pouvez ressentir votre corps de manière plus en plus subtile.

Si vous vous concentrez sur ce que votre corps vous dit lors des asanas, vous alimenterez votre conscience de ces ressentis et non plus des stimuli extérieurs. C’est là donc le rôle des asanas. En plus de vous développer physiquement, ils captent votre attention sur l’intérieur. Ce phénomène que l’on appelle l’inhibition sensorielle  nous fait progresser sur notre route, et nous amène vers les 6ème et 7ème pilliers du yoga : Dharana (la concentration) et Dhyana (la méditation).

Comment réaliser le Pratyahara ?

Comme toujours en yoga, bien des techniques et pratiques existent. Cela varie selon les préférences, car ce ne sont que des outils pour atteindre l’objectif d’intériorisation. On focalise notre mental sur un aspect et on essaie d’empêcher notre esprit de se disperser. C’est comme un scan, on observe ce qu’il se passe sur notre corps, on écoute ce que nos sens nous rapportent, mais on ne laisse pas le mental émettre de jugement.

C’est neutre, objectif, il ne faut ni réfléchir ni questionner, on ne fait que vivre le présent fermement pour nous protéger des pensées toxiques et incessantes qui viennent nous parasiter à longueur de journée et nous pomper toute notre énergie. On observe donc, mais on ne calcule pas. On prend de la distance avec tout cela, comme si notre âme s’élevait au-dessus de notre corps et voyait toute la scène d’un point de vue extérieur.

Oreille bleue représentant l'écoute

Nous avons vu à quel point nos sens ont cette capacité à se déconcentrer, et les souffrances que cela peut nous apporter dans notre vie quotidienne. Le remède reste entre autres la pratique du Pratyahara qui est bénéfique à tous les points de vue, tant sur le plan psychologique que physique. Si vous souhaitez en connaître plus sur des sujets similaires comme la méditation de l’ancrage à la terre ou que vous aimeriez faire une formation de yoga en Inde, venez consulter notre blog mis à jour plusieurs fois par semaine.

La méditation et la focalisation sur votre état interne vous passionnent ? Alors n’hésitez pas à rejoindre notre grande et grandissante Communauté qui, jour après jour, continue d’offrir du contenu de qualité tel que des ebooks sur la Salutation au Soleil et la Salutation à la Lune, des promotions sur toute notre collection de vêtements et bien d’autres. Alors n’attendez-plus et rejoignez-nous !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés